Gestion de la haine anti- LGBTQI+ dans l’établissement

Les élèves LGBTQI+ sont présents dans nos établissements et peuvent subir de la haine et de la violence de la part des autres élèves, voire même du personnel. Il est important de reconnaître ces violences, pour les prévenir et pour agir, le cas échéant.

Selon le rapport sur les LGBTIphobies de SOS Homophobie de 2021,  le milieu scolaire fait partie des contextes où des cas de LGBTIphobies ont été recensé par l'association en 2020. Parmi ces victimes, 85% sont des élèves, 42% de ces cas ont lieu au collège et 31% au lycée. Les auteurs/autrices responsables de ces LGBTIphobies sont à 62% des élèves mais aussi à 20% de la direction et du personnel. 

Il est donc nécessaire pour l’ensemble du personnel de veiller au bien-être et à la sécurité des élèves LGBTQI+ au sein de l’établissement en restant vigilant/vigilante aux interactions entre élèves mais aussi en s’informant et se formant sur ces questions pour ne pas reproduire ces actes. Les questions traitées ci-dessous apportent des informations et des aides pour y parvenir, elles sont tirées du Vademecum “Prévention de l’homophobie et de la transphobie dans les collèges et les lycées” publié lors de la campagne “Tous égaux, tous alliés” de septembre 2019.

Quelles sont les violences spécifiques à la haine anti-LGBTQI+ ?

Des violences peuvent exister au sein des établissements envers les personnes issues des minorités LGBTQI+, qui sont semblables à celles vécues par d’autres élèves : moqueries, rejet, insultes, violences physiques et sexuelles.

Cependant, les élèves issues des minorités LGBTQI+ subissent des violences spécifiques : 

  • Commentaires humiliants ou désobligeants basés sur l’orientation ou l’identité sexuelle de l’élève
  • Nier l’existence de certaines orientations sexuelles ou identités
  • Blagues homophobes ou transphobes
  • Les remarques misogynes (ex : traiter un garçon de “fille”)
  • Insultes visant les minorités LGBTQI+ (ex : “pédé”, “gouine”, “travelo”, etc)
  • Rumeurs sur les activités sexuelles d’un/une élève
  • Imposer des normes genrées (ex : garçon jugé “non viril”, une fille vue comme “un garçon manqué”)
  • « Outer » une personne : Révéler l’homosexualité, la bisexualité ou l’identité trans d’une personne sans son consentement
  • Le mégenrage : Utilisation des mauvais pronoms et prénom pour parler d’une personne.
    ex : ne pas utiliser le prénom d’usage d’une personne

Que faire face à des violences LGBTQI+phobes dans l’établissement ?

Que faire face à des élèves ou des parents qui tiennent des propos LGBTQI+phobes en s’appuyant sur la religion ?

Il est possible que des élèves ou/et des parents d’élèves tiennent des propos LGBTQI+phobes à l’égard d’un/une élève et s'appuient sur leur religion pour justifier leurs propos. 

Il est important de rappeler en premier lieu que les établissements scolaires sont des lieux laïcs, en vous appuyant sur la Charte de la laïcité à l'école. Ainsi, dans le cadre scolaire, chaque élève est libre de s’épanouir et d’exprimer qui il est  et se doit de respecter les autres élèves. 

Contact : Nathalie REVEYAZ (Référente laïcité et valeurs de la République)

Voici quelques extraits utiles de cette charte :

  • “6. La laïcité de l’École offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l'apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix.”
  • “8. La laïcité permet l'exercice de la liberté d'expression des élèves”
  • “9. La laïcité implique le rejet de toutes les violences et de toutes les discriminations, garantit l’égalité entre les filles et les garçons et repose sur une culture du respect et de la compréhension de l’autre.” 

Pour tout comprendre, l'académie vous propose une terminologie adaptée aux élèves LGBTQI+

Pour tout comprendre, l'académie vous propose une bibliographie 

Mise à jour : mai 2022