Lutte contre le décrochage scolaire, obligation de formation

Prévenir, repérer, accompagner, améliorer le climat scolaire :
des enjeux majeurs pour lutter contre le décrochage scolaire, l'exclusion sociale et professionnelle

Lutter contre le décrochage scolaire auprès des jeunes, qu’ils soient scolarisés ou non

Faire que chaque jeune puisse construire son avenir professionnel et réussir sa vie en société est une priorité nationale et un engagement européen. Dans un environnement économique, social et humain en pleine mutation, la nécessité d'identifier les jeunes décrocheurs et de les accompagner répond non seulement aux objectifs fixés pour réduire le nombre de jeunes sortants sans qualification et n'étant ni en emploi, ni en formation et également à l'importance de renforcer la cohésion humaine au plus près des territoires. L'accompagnement des jeunes   "NEET"  permet de leur donner les clés pour que chacun puisse tirer parti de ses compétences et développer celles dont il a besoin pour se réaliser à la fois en tant qu'individu, que citoyen et en tant que futur professionnel.

Les délégués régionaux académiques à l'information et à l'orientation (DRAIO) impulsent, coordonnent et accompagnent la politique régionale en matière d'orientation, d'affectation et de lutte contre le décrochage scolaire.

Les réseaux "Formation Qualification Emploi" (FOQUALE) du ministère de l'Education nationale travaillent en appui des "plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs" (PSAD) afin de proposer aux jeunes repérés des parcours de formation alternatifs par rapport à la scolarité traditionnelle. L'objectif est également d'assurer l' accompagnement des jeunes, notamment dans le cadre de l'obligation de formation portée à 18 ans au lieu de 16 ans et du droit au retour en formation initiale des 16-25 ans.

Prévenir, repérer, accompagner, améliorer le climat scolaire

 Au sein de l'établissement, le groupe de prévention contre le décrochage scolaire (GPDS) a pour rôle de repérer les élèves démotivés, absentéistes et en risque de décrochage et de suivre le parcours de ces élèves. Il met en place et coordonne des actions d'intervention visant à remobiliser les jeunes : travail autour du projet de vie personnel et professionnel, développer la connaissance et l'estime de soi, repérage des compétences acquises à mettre en avant et celles à développer...

Le GPDS est également chargé du suivi du devenir scolaire et professionnel des élèves qui viennent de quitter l'établissement. Chaque jeune repéré bénéficie d'un entretien de situation et d'un accompagnement particulier.

Le GPDS comprend différents acteurs de l'établissement tels que le chef d'établissement, le conseiller principal d'éducation, le psychologue de l'Éducation nationale, les professeurs et les personnels sociaux ou de santé. Il se réunit régulièrement.Quelle que soit la solution retenue, la situation du jeune est suivie par un adulte référent.

Au collège

Les dispositifs suivants peuvent être mis en place par le collège pour accompagner les élèves repérés  :

  • le dispositif "Devoirs faits" qui permet d'aider les élèves à faire leurs devoirs au collège,
  • le parcours aménagé de formation initiale (PAFI) qui permet de faire une "pause" dans sa scolarité. Les jeunes d'âgés d'au moins 15 ans peuvent alors prendre du recul en sortant temporairement de l'établissement pour découvrir un autre environnement avec des activités encadrées de nature associative, culturelle, professionnelle ou sportive. L'objectif est de stimuler l'investissement personnel de l'élève dans un projet qui a du sens pour lui ou qui lui donnera l'occasion de trouver du sens en fonction de ses intérêts,       
  • le tutorat.

Pour en savoir plus sur ces dispositifs et voir des témoignages d'élèves, consultez le site "Nouvelles Chances"

Au lycée

Les dispositifs suivants sont proposés pour accompagner les élèves repérés  :

  • l' accompagnement des jeunes par la MLDS :

La  MLDS a deux objectifs :
- réduire, par des actions de prévention, le décrochage et le nombre de sorties sans diplôme,
- prendre en charge les élèves décrocheurs de plus de 16 ans en vue d'une rescolarisation et/ou d'une qualification reconnue, pour une insertion sociale et professionnelle durable. Les établissements scolaires font le lien avec les familles et les jeunes concernés pour proposer des solutions. Un référent prend en charge les jeunes en mode individuel ou collectif.

Pour en savoir plus : consultez le site du ministère de l'Education nationale

  • la consolidation de l'orientation : en début d'année scolaire et jusqu'aux vacances d'automne, l'élève de seconde peut demander un changement de voie ou de filière en fonction des places vacantes disponibles,
  • l'organisation de la scolarité de  CAP  en 3 ans au lieu de 2 pour prendre le temps de réussir,
  • Les passerelles entre la voie professionnelle et la voie générale et technologique mais aussi à l'intérieur de chacune des voies sont possibles selon un cadre défini,
  • le développement des "structures de retour à l'école" (SRE)  dans la voie générale technologique et professionnelle ("micro-lycée", lycée de la "seconde chance"),
  • le tutorat,
  • les actions combinées avec le service civique,
  • les actions proposées par les partenaires extérieurs (E2CEPIDESMA et SMV)

Pour en savoir plus sur ces dispositifs et voir des témoignages d'élèves, consultez le site "Nouvelles Chances"

L'obligation de formation des 16-18 ans

La lutte contre le décrochage scolaire a été renforcée avec l’obligation de formation des 16-18 ans mise en œuvre en 2020. En effet, les élèves décrocheurs mais également les jeunes qui ne se trouvent ni en emploi, ni en formation doivent désormais être accompagnés par la mission locale ou le  CIO afin d’accéder à une insertion, que ce soit via l’emploi, la qualification ou le retour à l’école. L’objectif est de veiller à ne laisser aucun jeune sans solution.

Un numéro vert a été mis en place afin de répondre aux jeunes et à leurs familles : 0 800 122 500.
Les jeunes concernés sont également repérés au sein des établissements scolaires. 

Numéro vert pour les jeunes sans solution : 0 800 122 500

Pour en savoir plus :

Mise à jour : avril 2022