FAQ : mieux prendre en compte les besoins des élèves LGBTQI+

Dans le cadre de la journée du 17 mai, journée internationale de lutte contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, la Mission Egalité de l’académie recense les questions et réponses permettant d'accueillir et favoriser le bien-être et la sécurité des personnes LGBTQI+ à l'école.

La réalité des LGBTQI+phobies dans les établissements scolaires

L’homophobie et la transphobie touchent à l'Ecole de nombreux élèves : les jeunes identifiés comme lesbiennes, gays bi ou trans (LGBT) -qu’ils le soient ou non-mais aussi les élèves qui s’écartent de la norme de leur sexe ou encore les enfants de familles homoparentales et transparentes.
Plusieurs enquêtes et études permettent de dessiner une image des LGBTQI+phobies dans les établissements scolaires. L’édition 2020 du rapport sur les LGBTIphobies de l’association SOS Homophobie a mis en avant une quatrième année consécutive de hausse des témoignages d’agressions liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre (insultes, rejet, discrimination, diffamation, menaces, agressions physiques, agressions sexuelles, dégradations, outing), avec notamment une hausse de 20% par rapport à l’année précédente des cas signalés en milieu scolaire

Rarement 14,32%, Parfois 29,29%, Jamais  8,21%, Toujours ou presque toujours  48,17%

Une étude réalisée en 2018 par l’IFOP pour la Fondation Jean Jaurès et la DILCRAH montre que le lieu dans lequel les agressions LGBT-phobes sont les plus courantes est l’école. Une enquête mondiale sur l’éducation inclusive et l’accès à la santé des jeunes LGBTI+ a été menée en 2018 par le MAG Jeunes Il est nécessaire de s’informer sur l’accueil et la prise en charge des élèves trans dans nos établissements. Beaucoup de questions ont d’ailleurs  émergé à ce propos, auxquelles nous apportons ici des réponses. Ces réponses s'appuient sur la circulaire du 29 septembre 2021 Ces élèves ont besoin d’une écoute attentive, parfois d’aménagements spécifiques, comme le changement de leur prénom ou du lieu d’intimité au sein de l’établissement scolaire et d’un accompagnement en cas de violence. “Pour une meilleure prise en compte des questions relatives à l'identité de genre en milieu scolaire” (Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des sports, 2021). Cette circulaire concerne les élèves trans mais aussi les élèves non-binaires, qui ne s’identifient pas nécessairement comme trans.
Les réflexes à avoir dans la prise en charge des élèves trans et non-binaires, comme pour chaque élève à besoin particulier, sont d’écouter, d’accompagner, de respecter les besoins et le temps de l’élève et surtout agir dans l’intérêt de l’élève et pour son bien-être.LGBT, avec le soutien de l’UNESCO. Les données françaises en ont été extraites dans un rapport (RICHARD, 2019) et ont montré que plus de la moitié des élèves LGBT+ ne se sentent pas en sécurité à l’école (voir graphique)

L’homophobie et la transphobie punies par la loi

Ces différentes enquêtes montrent qu’à l'école, des élèves sont victimes d'actes à caractère discriminatoire et de violences en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Ces actes sont punis par la loi. En effet, les discriminations d’une personne en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre sont des délits passibles de sanctions pénales (article L.225-1 du code pénal).

De plus, les violences verbales sont également sévèrement sanctionnées, lorsque le caractère homophobe ou transphobe est retenu.

Le rôle de l’École : faire réussir tous les élèves, former des citoyens

Au-delà des actes punis par la loi, les manifestations de l'homophobie et de la transphobie dites « ordinaires » relèvent parfois du harcèlement. Ces actes peuvent affecter gravement la construction personnelle et la réussite scolaire des jeunes et entraînent une dégradation du climat scolaire. Prévenir ces actes dans les établissements scolaires est donc une nécessité pour assurer la sécurité des élèves et l'égalité des chances entre tous et toutes.

L’École se doit d'offrir un climat scolaire serein et un cadre protecteur aux élèves (code de l’éducation). L'École a à cœur de faire acquérir à tous les élèves le principe de l'égale dignité des êtres humains ainsi que le partage d’une culture de l'égalité et de la compréhension d’autrui.Cette acquisition des valeurs démocratiques et républicaines permettent non seulement de lutter contre les violences et les discriminations envers les élèves LGBTQI+, mais aussi de former des jeunes citoyens.

 

La campagne nationale et sa déclinaison en établissement

Ainsi, en janvier 2019, une campagne de sensibilisation « Tous égaux, tous alliés » a été lancée par le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse pour prévenir les violences LGBTphobes. Elle permet la mise place d’un climat scolaire plus inclusif ainsi que le bien-être et la réussite de tous et toutes dans les établissements. Ainsi, le ministère invite à davantage de bienveillance envers les élèves LGBT et à une dénonciation des violences et discours LGBTphobes.

Chaque établissement se doit donc d’agir pour favoriser un climat scolaire serein et pour lutter contre les actes LGBTphobes. Cela peut passer par l’acquisition de connaissances sur la question LGBTQI+, la sensibilisation des élèves et du personnel, la prévention des violences envers les élèves LGBQI+, et la réactivité face aux actes de haine anti-LGBTQI+.

Prendre en compte les besoins des élèves LGBTQI+, c’est aussi questionner les stéréotypes de genre qui nuisent aussi bien aux filles qu’aux garçons et ainsi au bien-être et à la sécurité de l’ensemble des élèves.

 

Personnes ressources

mission.egalite@ac-grenoble.fr

 

Utiliser les mots adaptés : terminologie

Utiliser les mots adaptés : terminologie

Mise à jour : mai 2022

Prendre en compte les besoins des élèves LGBTQI+

Outils et bibliographie

Outils et bibliographie

Mise à jour : avril 2022

Outils et bibliographie pour la lutte contre les phobies LGBTQI+

Recherchez par mot-clés