Questions - Réponses ! Jean-Christophe LARBAUD - Directeur de l'EAFC

Découvrez le premier épisode de notre série « Questions-réponses ! ». Un échange téléphonique instructif avec Jean-Christophe Larbaud, directeur de l’école académique de la formation continue (EAFC)

Mardi 30 août marquait le top départ de la rentrée des enseignants stagiaires. L’occasion pour Madame la rectrice d’aller saluer les nouveaux venus. Une visite menée par Jean-Christophe Larbaud, directeur de l’École académique de la formation continue (EAFC). Ce dernier a gentiment accepté, par le jeu des questions réponses, de nous éclairer sur les rouages de cet institut et l’organisation de la formation des enseignants. 

 

Pourriez-vous, en préambule, nous expliquer les différences entre l’INSPÉ et l’EAFC ?

L’INSPÉ, Institut national supérieur du professorat de l’éducation, s’adresse à des étudiants et concerne de la formation initiale. Elle les prépare en M1 et M2, Master métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF). C’est à l’issue de leur Master 2 que les étudiants passent les concours d’enseignement. Une fois le concours validé, les futurs enseignants vont intégrer un apprentissage construit conjointement par l’INSPÉ et L’EAFC. L’EAFC, elle, est une formation continue qui s’adresse à des personnels titulaires de l’éducation nationale. Ces deux instituts sont regroupés sur le campus au sein de trois bâtiments comprenant une partie administrative, des salles de classe, des amphithéâtres et les bureaux des équipes pédagogiques. 

Pour quelle raison certains enseignants stagiaires sont à mi-temps dans leur établissement et d’autres à plein temps ?

C’est lié à la nature des Master. Les étudiants titulaires d’un Master MEEF sont fonctionnaires stagiaires à plein temps. Ils ont déjà reçu une formation l’année dernière. Ils seront en classe devant les élèves sauf pendant 60 heures de préparation assurées conjointement par l’INSPÉ et l’EAFC. Ceux qui ont obtenu un autre Master sont fonctionnaires stagiaires à mi-temps. Chaque semaine, ils seront soit en classe devant les élèves, soit en Formation diplôme inter universitaire (DIU), à la fois avec des enseignements assurés par l’INSPÉ et d’autres assurés par du personnel du rectorat. Qu’ils soient à mi-temps ou à temps plein, ils seront titularisés à la fin de l’année scolaire. 

Comment s’organise la rentrée pour les enseignants qui viennent d’avoir le concours ?

Elle se déroule en trois temps. Le premier matin, un accueil institutionnel est assuré par des équipes pluridisciplinaires INSPÉ/rectorat tandis que l’après-midi est dédié à la préparation de leurs premières séances en classe. Le deuxième jour est consacré à la poursuite du travail engagé, en travaillant à la fois le volet didactique dans leur discipline et à la fois le volet conduite de classe/relations éducatives en groupe de classe inter disciplinaire. Ensuite, ils feront leur pré-rentrée dans leur établissement, auront leur emploi du temps, et le jour de la rentrée, ils seront en classe devant les élèves. 

Quels sont les outils à disposition d’un enseignant stagiaire ?

Il y a la formation dispensée l’année de Master 2 et l’accompagnement proposé cette année. Les maquettes d’enseignement ont été complétement renouvelées. Globalement il y aura toujours des éléments de culture transversale professionnelle telles que la connaissance de l’adolescent, de l’école inclusive, l’égalité fille-garçon, les valeurs de la république…qui sont couplés à des apports didactiques dans la discipline enseignée. 

Lors du séminaire de rentrée, vous évoquiez l’importance de l’alternance théorique/pratique, comment s’articule-t-elle ?

Tous les stagiaires, qu’ils soient à mi-temps ou à temps plein, auront un tuteur professionnel dans leur établissement. Ce sont des professeurs expérimentés qui les accompagneront et les aideront sur le terrain lors d’observation réciproque par exemple. Parallèlement à cette aide concrète, il y a toujours cette prise de recul et d’analyse lors de la formation. Il est très important que les enseignants stagiaires puissent faire le pont entre les deux, c’est-à-dire comment je peux appliquer dans ma classe ce que j’ai vu en formation, et comment à partir des problèmes observés en classe ou questions que je me pose avec mon tuteur, je peux obtenir des réponses en formation. 

Selon vous, quel est l’élément essentiel de cette formation ?

Je pense qu’il faut garder en tête que la formation débute certes cette année, mais elle s’inscrit dans un continuum. A savoir il y a eu la formation initiale en Master, celle post Master, et ensuite nous continuerons à les former lorsqu’ils seront titulaires première année (T1), T2, T3…  

De quelle façon ?

Nous repérons tous les néo-titulaires, leur envoyons un questionnaire puis leur proposons un catalogue de formations qui seront complémentaires à celles déjà dispensées à l’INSPÉ et lors de leur première année d’exercice. Par la suite, ils pourront s’inscrire à tous les séminaires du plan académique de formation. 

Pour conclure, quels conseils donneriez-vous aux futurs enseignants ?

Oser, expérimenter, innover et essayer dans sa classe. 

Mise à jour : septembre 2022