Semaine nationale des cordées de la réussite : Viser les sommets !

La semaine du 16 au 21 janvier 2023 est consacrée aux cordées de la réussite. Une appellation qui sied à merveille à l’académie alpine et ses hauts sommets enneigés.

La semaine du 16 au 21 janvier 2023 est consacrée aux cordées de la réussite. Une appellation qui sied à merveille à l’académie alpine et ses hauts sommets enneigés.
A l’instar de Roger Frison-Roche en premier de cordée, ce dispositif vise à tirer vers le haut les élèves en réseau d’éducation prioritaire et en zone rurale éloignée. Pour nous accompagner dans la découverte de ce projet, Sylvain Poncet, notre guide, a laissé crampons et piolets au vestiaire et enfilé son costume de conseiller technique et sa verve de pédagogue. Il nous ouvre les voies des cordées de la réussite…

Interview de Sylvain ¨Poncet

Monsieur Poncet, pour débuter quelles sont vos fonctions au sein du rectorat de l’académie de Grenoble ?

Je suis conseiller technique Établissements et Vie Scolaire de Madame la rectrice. À ce titre, j’exerce dans différents domaines qui ont trait à la vie lycéenne, la prévention des violences, la formation des personnels de direction, au suivi des partenaires associatifs, et un dossier important qui est celui des cordées de la réussite.

Les cordées de la réussite justement, de quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un dispositif daté de 2008 qui a connu une nouvelle impulsion en 2020, et dont l’objectif est de donner à chacun des élèves, quel que soit son origine sociale ou géographique, les mêmes conditions de réussite, notamment en termes d’orientation.

Un terme qui évoque la montagne. Ce dispositif est spécifique à notre académie ?

Il faut croire que ce terme nous est destiné, on cherche le plus possible à aller vers les sommets (rires). Non, plus sérieusement c’est un dispositif national porté à la fois par la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et la Direction générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle (DGESIP). Les cordées sont pilotées nationalement avec une déclinaison au niveau de la région académique et en tant que référent académique, je m’applique à mettre en œuvre la politique que Madame la Rectrice souhaite développer dans le cadre du pilotage académique.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Le principe est de permettre à des établissements de travailler ensemble en réseau, en associant une tête de cordée avec des collèges ou des lycées dits "encordés". La tête de cordée est soit un établissement du second degré disposant de formations du supérieur, soit un établissement universitaire. Des écoles nationales sont également susceptibles d’être engagées dans le processus. Les établissements encordés regroupent les élèves de la quatrième jusqu’à la terminale. Avec la tête de cordée, ils élaborent ensemble un projet qui permet à un jeune de construire progressivement son orientation dans le temps, à travers différentes démarches.
Par ailleurs, certains établissements peuvent être à la fois tête de cordée et encordés. 

Comment postuler pour intégrer une cordée ?

Les professeurs et chefs d’établissement engagent les élèves dans ces processus et assurent leur suivi dans la cordée.

Tous les publics sont concernés ?

On cherche à s’intéresser au plus grand nombre. L’objectif national est d’encorder 30% d’une classe, mais il existe des publics cibles définis selon deux critères : le volet social d’une part, avec notamment les élèves d’éducation prioritaire, des zones QPV (Quartiers prioritaires de la ville) et cités éducatives, et le volet géographique d’autre part avec les élèves scolarisés en zone rurale éloignée.

Monsieur Poncet, du 16 au 21 janvier se tient la semaine des cordées de la réussite. Quel est l’objectif spécifique de cette semaine ?

Il s’agit surtout de valoriser les actions portées au sein des cordées mais c’est également un moment où l’on peut coordonner certaines actions d’orientation.

L’occasion d’établir également un lien avec ParcourSup ?

Bien sûr, c’est l’endroit qui leur permet de construire progressivement leur parcours d’orientation. Par ailleurs, les élèves encordés, peuvent s’ils le souhaitent, valoriser sur la plateforme le fait d’avoir bénéficié d’un accompagnement au cours de leur scolarité.

Quelles sont les actions concrètes réalisées au sein de ces cordées ?

Ce sont des actions articulées autour de trois thématiques : l’accompagnement à l’orientation, l’ouverture sociale et culturelle et le tutorat/mentorat. Le domaine d’activité est large. On peut citer pêle-mêle des informations sur les métiers, des échanges avec des partenaires du milieu professionnel, des visites d’établissement ou de salon de l’entreprenariat entre étudiants et collégiens, du soutien scolaire, un foodtruck qui traverse l’académie avec une présentation des produits cuisinés par les élèves, les arts du cirque, le numérique, les filières industrielles, le notariat, les sciences politiques, l’école de police, des rencontres avec des CMQ…

Qui est concerné dans l’académie de Grenoble ?

Nos cinq départements sont concernés. Les cordées sont réparties sur tout le territoire académique, du sud de l’Ardèche jusqu’à la frontière Suisse. Justement, l’objectif est de créer un maillage suffisamment important pour essayer de couvrir toute l’académie et notamment les territoires ruraux pour les rapprocher d’établissements supérieurs.

Quels sont les chiffres académiques concernant les cordées de la réussite ?

Nous avons un effectif prévisionnel de 15 000 élèves engagés dans les cordées, ce qui représente 190 établissements. Parmi eux, certains seront multi-encordés, soit au total 290 établissements encordés.

Concernant les cordées, 32 sont réparties sur tout le territoire. Sachant que nous sommes également dans un projet régional, nous bénéficions de cordées qui sont portées par la région académique. Ainsi, l’académie de Lyon propose à des établissements de notre académie d’être engagés dans leur cordée. Nous avons également des cordées qui s’appuient sur des têtes de cordée dans d’autres académie comme Sciences Po Paris ou encore le Centre national des arts du cirque basée dans la Marne.

Par ailleurs, 100% des collèges en réseau d’éducation prioritaire de l’académie sont encordés tandis qu’ils sont 70% en zone rurale éloignée. Enfin, 80 % des lycées qui proposent la voie professionnelle le sont également.

Pour finir Monsieur Poncet, si vous deviez résumer les cordés de la réussite en un seul mot ?

Je vais en prendre deux si vous me l’autorisez (sourire) : orientation choisie.

Interviews des élèves

Les cordées de la réussite | Mathis Lourdault, 16 ans

Les Cordées de la Réussite | Cheyenne Pierquin, 16 ans

Rencontre des élèves par madame la rectrice

À l’occasion de cette semaine de mise en lumière des « Cordées de la réussite », Madame la rectrice s’est rendue en Haute-Savoie pour rencontrer les élèves du lycées des Glières rattachés à la cordée « Réussir dans le bassin genevois »

 

 

Mise à jour : janvier 2023